Technologies & Internet : Les « Big Data » au Guizhou : miracle ou mirage ?

Depuis que les « masses de données » (big data) sont classées ‘priorité nationale’ en Chine depuis 2014-2015,  villes et provinces rivalisent pour créer accélérateurs de startup et centres de stockages en « nuage » de données, afin de recevoir les subventions de l’Etat central.

Le Guizhou n’a pas été de reste, sous l’impulsion de Chen Min’er son Secrétaire provincial de 2015 à 2017. Accompagnant les efforts d’équipement en infrastructures de cette province pauvre, les géants du web ont été invités à venir installer leurs data centers, attirés par des conditions fiscales préférentielles et de l’électricité à bas prix. Montagneux, le Guizhou dispose d’un fort réseau de centrales hydroélectriques et thermiques, et ses vents offrent aux serveurs un refroidissement naturel.

Pour cette province, les « big data » sont la chance de créer des services d’avenir pour relayer les industries traditionnelles (charbon, alcool, tabac). Le 28 février, Apple annonçait la mise en service de ses serveurs iCloud, installés dans le Guizhou. China Mobile, Telecom et Unicom y ont aussi installé leurs serveurs, suivis des géants « BAT » (Baidu, Alibaba, Tencent) et de Qualcomm, l’équipementier américain en semi-conducteurs. D’ici 2020, la province attend 111 centres d’appel et « 700.000 emplois » nouveaux.

Y parviendra-t-elle ? L’obstacle est le faible niveau local de formation en informatique : aucune des 88 universités du Guizhou n’a en ce domaine un renom particulier. Ainsi le traitement des données stockées a lieu à Pékin ou Shanghai.

Dans ces conditions, le personnel local n’hérite que de missions subalternes d’entretien ou de sécurité. Pour les paysans, le seul impact de cette nouvelle industrie est l’expropriation de leurs terres—la compensation leur permettant alors de partir en ville avec un petit pécule. Ainsi, les retombées sont faibles, faisant tarder la réalisation d’un « miracle big data ».

Pour Mark Greeven, chercheur à l’Institut National en Gestion de l’Innovation, le défi pour la province consiste à attirer les « cerveaux » de la côte, et faire évoluer ses data centers d’une activité de stockage, à celle bien plus rémunératrice de traitement et d’analyse : « le Guizhou dispose au mieux de deux ans d’avance sur les autres pour ce marché – mais reste à savoir si ses jolis paysages suffiront à inciter les talents à venir, et ce n’est pas gagné  ! ».

Avez-vous aimé cet article ?
Note des lecteurs:
2.37/5
11 de Votes
Ecrire un commentaire