Editorial : Un petit printemps

Après ces semaines politiques oscillant entre censure, pollution et anti-corruption, le printemps revient : pruniers en fleurs, oiseaux qui chantent, thèmes longtemps oubliés qui se rappellent à notre bon souvenir.

L’environnement voit passer quelques petits progrès ! Inde et Chine, qui comptent 86% des centrales à charbon construites dans le monde depuis 2007, ont fermé depuis 2016 des centaines d’unités polluantes et gelé plus de 100 projets nouveaux (selon le Sierra Club, le 22 mars). Le 19 mars, Pékin fermait sa dernière turbine à charbon, du groupe Huaneng, après 18 ans de service. La centrale avait généré 845MW/an, et brûlé 8 millions de tonnes de houille. Inattendue des experts, cette baisse de demande en énergie permet d’enrayer la courbe jusqu’alors hyperbolique des émissions de CO2, soufre, azote et poussières. Il est temps, celle-ci causant désormais en Chine 3 millions de décès prématurés par an d’après la dernière estimation du CDC (Centre de prévention épidémiologique).
Timidement, l’Etat se met à punir les décideurs qui sacrifient délibérément l’environnement sur l’autel du profit. Le 13 mars à Mentougou (Pékin), un cadre en chaufferie publique, surpris à déconnecter le filtre anti-rejets, ce qui décuplait les rejets en dioxyde de souffre, a été placé en détention administrative. L’arrestation a fait l’effet d’une bombe, et fait réfléchir, dans les milieux du secteur public.

Autre mesure forte, le ministre Chen Jining prépare un maillage de la région Pékin-Hebei-Tianjin (115 millions d’ habitants parmi les plus pollués du pays) en 37.000 zones de détection, toutes dotées d’un responsable. 400 d’entre elles, source de 40% de la pollution, verront leur eau et leur air inspectés par des capteurs en temps réel – théoriquement, plus de fraude possible…
A Xingping (Shaanxi) ouvre une usine convertissant la houille en éthanol,  100.000 tonnes par an. Aux cours actuels du pétrole, elle n’est pas rentable—mais la Chine a beaucoup de charbon et peu de pétrole. C’est donc une voie d’avenir, à condition d’être accompagnée d’une bonne taxation sélective.
En février, les ventes d’autos électriques et hybrides reprennent : 17.600, +30%. Xu Yanhua, de l’Association des constructeurs, estime qu’en 2017 les ventes dépasseront les 800.000, soit +58%. Cela devient sérieux !

En santé par contre, en dépit des efforts (tels ces 2000 hôpitaux privés ouverts en 2016) la réforme tarde à percer. Le 17 mars, journée mondiale du sommeil, la China Sleep Research Society publiait son enquête sur 60.000 Chinois de 10 à 45 ans : 73% souffrent d’insomnie, 91% se réveillent las. La faute revient  au stress : 60% des sondés prennent sur leurs nuits pour travailler plus. 93% surfent sur leurs smartphones avant de dormir, et 48% somnolent dans le bus pour combler un peu du retard…Les premiers concernés sont les patrons de « start-up » : 21% rêvent de leur travail, 10% admettent passer des nuits blanches.

Un second problème de santé touche à l’éducation sexuelle. « Aimer la vie », sérieux ouvrage de l’Université normale de Pékin, est à l’index de parents indignés par ces textes et illustrations sur la conception, abordant aussi les thèmes normalement bannis du harcèlement ou de l’homosexualité. « Le problème tient au passé », explique Peng Xiaohui, sexologue de l’Université Normale de Wuhan : « 99% des parents sont ignorants en fait de santé sexuelle ». L’Etat lui-même a sa responsabilité dans ce retard, ne s’étant pas prononcé sur le nombre d’heures minimum d’éducation sexuelle requis ou sur la formation des éducateurs. « On ne peut plus pratiquer la politique de l’autruche », enchaîne Peng. Ce tabou maintenu, se paie en millions de cas de frustrations, grossesses indésirables ou agressions sexuelles. Sous cet angle, la Chine apparaît donc vieux jeu –mais au moins, le débat est ouvert !

Avez-vous aimé cet article ?
Note des lecteurs:
2.37/5
11 de Votes
1 Commentaire
  1. severy

    Selon un sondage, 73% des Chinois souffriraient d’insomnie. Nom d’une pipe! Peyrefitte aurait dû appeler son livre « Quand la Chine se réveillera ».

Ecrire un commentaire